Miró

Né en 1893 à Barcelone (Espagne), Miró se passionnera pour l’art dès son plus jeune âge. Après des études aux Beaux-Arts de Barcelone puis à l’Académie de Galli, Miró gagne la France et Paris en 1919.

Il subira diverses influences artistiques liées aux mouvements créatifs qui animent le milieu pictural de l’époque et aux rencontres marquantes qui ne cesseront de jalonner son parcours.

Tenté par le Fauvisme, puis le Cubisme, il rejoindra finalement le mouvement Surréaliste dès 1924, conduit par André Breton. Le Surréalisme marquera particulièrement son évolution picturale, mais c’est surtout grâce au Dadaïsme que Miró imprimera son style particulier et très reconnaissable, empreint de fantaisie, d’humour et d’une imagination débordante…

Ce mélange réussi de fausse naïveté et d’exubérance baroque, liées directement à ses origines catalanes, font de Miró un artiste à part que n’effraient pas les diverses commandes officielles qui lui seront faites.
En 1926, Miró se voit confié, en collaboration avec Max Ernst, la création des décors d’un des Ballets Russes de Serge Diaghilev (Roméo et Juliette). D’autres créations picturales d’envergure marqueront la carrière de Miró, parallèlement à ses recherches artistiques personnelles.

A la fin des années 20, Miró s’intéressera particulièrement à la sculpture et au collage. Ses allers-retours fréquents de l’Espagne à la France seront brusquement interrompus en 1937 avec la Guerre d’Espagne. Ce conflit marquera profondément son oeuvre picturale, par le choix des couleurs et des formes singulières qu’il choisit de peindre à l’époque.

Ami de Kandinsky et de Picasso, Miró marque la création artistique parisienne très inspirée et effervescente de l’époque.

Mosaïque intitulée Pla de l'Os à Las Ramblas à Barcelone

Mosaïque intitulée Pla de l'Os à Las Ramblas à Barcelone

Au lendemain de la guerre, il poursuit son chemin pictural et sera amené à décorer des façades de monuments patrimoniaux, dont la célèbre double fresque intitulée respectivement « Le Mur du Soleil » et « Le Mur de la Lune » – réalisée en 1958 avec José Artigas, céramiste – qui orne les bâtiments de l’Unesco à Paris.

Nommé Docteur Honoris Causa à Barcelone en 1979, Miró conserve une place de choix dans le coeur des Barcelonais. D’autant plus qu’il y créera, en 1972, sa fameuse Fondation Miró. Celle-ci présente au public un large éventail de ses oeuvres picturales, sculpturales et théâtrales pour mettre en scène la grande diversité des matériaux, des couleurs et des formes qui signèrent profondément son style pictural.

Mort à Palma de Majorque (Espagne) en 1983, Miró aura marqué son époque, mais encore toute une mouvance d’artistes contemporains, librement inspirés par son oeuvre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *